Publié le

Jeûne intermittent avis et conseils pour bien démarrer

jeûne intermittent avis

Ce ne sont jamais les avis qui manquent quand il s’agit de parler d’une nouvelle pratique en vogue. Il faut donc trier le vrai du faux entre les “anti-contre” et les miraculés. On décrypte pour vous le jeûne intermittent avis trouvés sur le net et ceux des experts interviewés.

Tout ce qu’il faut retenir des avis sur le jeûne intermittent

Les différents avis sur le jeûne intermittent

Vous trouverez sur internet une multitude d’avis et de témoignages de personnes ayant testé tel ou tel jeûne, mais aussi l’avis de certains “experts” : médecins, nutritionnistes et autres professionnels de santé, avec plus de nuance. Pour rappel, jeûner consiste simplement à arrêter de nourrir son corps pendant un certain temps et donc mettre au repos son système digestif. Rien de bien méchant ! Nous le faisons chaque nuit en allant dormir. Le jeûne intermittent propose seulement d’étendre cette phase de repos digestif de quelques heures supplémentaires. 

Jeûne intermittent Avis des experts

Il y a deux écoles parmi les experts :
– Les adeptes et convaincus du jeûne, qui souvent le pratique eux-mêmes et le prescrivent à leurs patients, que ce soit pour perdre du poids ou les aider à réduire leur diabète ou leur cholestérol…
– Les plus frileux, qui préfèrent la médecine traditionnelle et les méthodes plus académiques, sans pour autant dénigrer le jeûne, mais en restant prudents sur les possibles bienfaits, et très alertes sur les supposés “dangers”.

Nous avons rencontré le Docteur Isabelle Meurgey, spécialiste en Nutrition, en Alimentation Santé et Médecine anti-âge. Le docteur Meurgey pratique elle-même le jeûne depuis des années, et le conseille vivement à ses patients pour compléter certains traitements comme le ralentissement du vieillissement cellulaire, l’amélioration de la digestion et bien évidemment la perte de poids. Elle parle d’ailleurs du jeûne thérapeutique dans son livre Epigen, en pleine santé jusqu’à 120 ans ! sur la Médecine Épigénétique. Le docteur affirme que restreindre son alimentation est “une méthode reconnue pour augmenter l’espérance de vie” (prouvé sur les modèles animaux du rat au singe).

Les effets thérapeutiques vont même bien plus loin. Le docteur souligne que toutes les publications sur le jeûne jusqu’ici s’accordent sur “la diminution de l’inflammation et des symptômes des maladies rhumatismales, auto-immunes et allergiques” mais aussi “la régulation du taux d’insuline, des sucres et des graisses, le drainage de l’eau et du sel qui diminue la tension artérielle et les oedèmes, la stimulation de production des neuromédiateurs du bien-être dans le cerveau (dopamine, sérotonine… pour la sérénité), la synchronisation des horloges biologiques” pour une meilleure qualité de sommeil, “l’activation des gènes de réparation qui stimule le rajeunissement“.

En résumé :
Jeûne intermittent avis des experts : certains bienfaits sont reconnus par la plupart d’entre eux comme le nettoyage cellulaire, la meilleure digestion et la perte de poids via la cétose. Certains restent plus frileux quant aux possibles complications pour la santé pour certaines personnes plus faibles si le jeûne se fait trop long. Pour certains médecins, le jeûne est une véritable cure de jouvence qu’il faut adopter et prescrire à beaucoup de leurs patients, et qu’ils pratiquent eux-mêmes. On pense au Dr. Frédéric Saldmann qui pratique le jeûne séquentiel et ne prend qu’un repas par jour !

Jeûne intermittent Avis des personnes qui l’ont testé

La parole est maintenant aux centaines de personnes comme vous et moi qui avons joué le jeu et tenté le jeûne intermittent.
Un large consensus semble être trouvé pour beaucoup de personnes ayant adopté le jeûne 16:8, une forme de jeûne ou l’on cesse de s’alimenter pendant 16h sur les 24h quotidiennes. C’est la forme de jeûne la plus couramment adoptée, la plus abordable pour débuter et la plus facile à reproduire au quotidien (voir notre article sur toutes les formes de jeûnes possibles). Si vous débutez, commencez progressivement par jeûner 1 jour par semaine les 16h, puis la semaine d’après, essayez 2 jours consécutifs etc. C’est en y allant progressivement que votre corps va s’habituer à ce rythme et aux privations.

Pour beaucoup, des kilos de perdus, une meilleure digestion ainsi qu’un regain notable de vitalité. Tout cela, bien sûr, après des semaines de jeûne assidues. La sensation de faim s’estompe au fil des semaines de jeûne intermittent, il faut donc persévérer et s’accrocher pour que le jeûne devienne plus naturel pour votre corps. Contrairement aux régimes hypocaloriques ou autre, vous n’avez pas à surveiller à chaque repas vos calories, ou à refuser du dessert au dîner. Le jeûne est donc plus facile à gérer au quotidien, et moins frustrant car vous pouvez continuer de manger normalement pendant les 8h.

Bien sûr, n’allez pas faire un Burger double cheese pour rompre votre jeûne si vous voulez perdre du poids ! On conseille d’ailleurs de ne pas manger trop gras ni trop sucré lors du repas de reprise alimentaire (premier repas après les 16h de jeûne).

Pour ceux qui ont tenté un jeûne un peu plus long comme celui de 24h ou de 48h, beaucoup racontent la difficulté pour ne pas craquer, surtout le premier soir au dîner quand la faim se fait ressentir. Pour ce type de jeûne, on préférera avoir essayé auparavant le jeûne 16:8 pour habituer le corps. Pour ce qui est des bienfaits, beaucoup témoignent des mêmes vertus que pour le jeûne de 16h, d’autres ajoutent avoir une peau plus nette, une meilleure concentration et clarté d’esprit. Cependant, ces bienfaits sont conditionnés à de bonnes pratiques de jeûne pour ne pas “gâcher” ses effets pendant les autre jours ou heures de reprise de l’alimentation. Voici nos conseils pour vous assurer d’un jeûne réussi :

Nos conseils pour bien vivre son jeûne intermittent avis

Les précautions

Le jeûne est sans danger pour une personne en bonne santé.

Dans certains cas, il est toutefois formellement déconseillé : personnes malades, âgées (après 80 ans) ou trop jeunes (avant l’adolescence), personnes atteintes de troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie), d’hyperthyroïdie décompensée, d’athérosclérose cérébrale avancée, d’insuffisance hépatique ou rénale sévères, et pour les femmes enceintes ou allaitantes.
Si c’est votre cas, nous vous recommandons d’abandonner l’idée du jeûne. 

L’hydratation

La clé de tout jeûne réussi tient dans ce mot magique dont on doit tant vous rabâcher l’importance au quotidien sans même faire de jeûne. On dit souvent qu’il faudrait boire plus de 2L d’eau par jour, encore plus pour un sportif. Et bien considérez que c’est encore plus important en temps de jeûne de boire ces 2L de liquide, pour plusieurs raisons. Quand on parle de liquide, on ne parle plus seulement d’eau mais de thé ou infusions non sucrées et de bouillons de légumes, qui sont les boissons acceptées et conseillées pendant le jeûne pour varier les plaisirs, et surtout mieux vivre votre jeûne.

En effet, une des premières raisons est que la prise de ces diverses boissons non sucrées comme le thé ou les bouillons de légumes vont permettre d’atténuer la sensation de faim que vous aurez surement les premiers jours. Bien boire vous aidera à tenir votre jeûne et à ne pas craquer ! Pour cela, les bouillons de légumes sont très efficaces, surtout le soir ou à midi pour tromper la faim.

La seconde est que le fait de bien boire va aider le corps à éliminer ses toxines pendant le jeûne. Une bonne hydratation va aider le corps à faire ce travail. Ensuite, bien hydrater son corps est essentiel à son bon fonctionnement : notre corps est composé à 70% d’eau, que nous perdons au fil de la journée. Il est donc important, surtout lorsque l’on ne reçoit pas l’eau normalement contenue dans certains aliments comme les fruits pendant que l’on jeûne, de s’assurer un apport constant en liquides.

La préparation en amont et en aval : la descente et la remontée du jeûne

Ce sont des phases où l’on va volontairement choisir une alimentation adaptée pour que la période de jeûne se passe au mieux. Pour être plus clairs, on essaye d’optimiser ce qu’on va manger pour éviter une sensation de faim trop intense. Cette sensation de faim est souvent provoquée par des pics d’insuline, souvent dus à la consommation de sucres et de glucides rapides. Pour mieux vivre votre jeûne, on vous conseille donc de ne pas trop en consommer juste avant de commencer votre jeûne (le repas d’avant par exemple). Ceci est plus valable pour le jeûne de 24 et 48h que pour le jeûne de 16h même si cela peut vous aider au début.

Pareil pour la reprise alimentaire, et ce surtout pour un jeûne de 24 et 48h : il ne faudra pas se ruer sur la nourriture et manger n’importe quoi alors que vous venez de jeûne pendant tout ce temps. Il faudra privilégier les repas riches en protéines, légumes et légumineuses et bons gras (Omégas 3), mais aussi des fruits pour les vitamines et fibres. On attendra le second repas pour réintroduire les glucides. Cela va aussi empêcher votre corps de trop stoker après avoir été privé de nourriture. Vous éviter donc l’effet yoyo indésirable des régimes minceur.

Le régime cétogène pour accélérer la perte de poids

Une alternative choisie par certains pour accentuer les bénéfices du jeûne est d’adopter en complément une alimentation cétogène pour entretenir l’état de cétose qui se produit dans notre corps pendant un jeûne de 24h ou plus. Mais alors en quoi consiste cette alimentation ? C’est très simple : c’est un régime pauvre en glucides et riche en graisses, qui permet le maintien d’un état métabolique particulier appelé “cétose” où le corps va brûler des graisses de lui-même.

Quand on jeûne 24h ou plus, le corps se met naturellement dans cet état pour produire sa propre énergie et continuer de bien fonctionner. Il ira donc transformer la graisse en cétones ou corps cétoniques pour pallier le manque de glucose, sa source d’énergie préférée, que l’on retrouve (vous n’allez pas nous croire) dans les glucides ! Mais avant ces 24h, le foie libérera le sucre stocké et cet état ne sera pas encore enclenché avant l’épuisement des dîtes réserves.

Pour un Français, cela implique de dire au revoir au pain, aux pâtes, et à beaucoup de féculents ainsi qu’à presque tous les mets sucrés, hormis quelques fruits. Assez dur à tenir dans la durée donc, mais cela peut être facilement tenable sur une semaine ou deux pour vraiment perdre les kilos superflus de manière rapide.

La méthode la plus simple pour jeûner

Ces avis vous ont donné l’envie de passer à l’action ? Pour bien débuter cette aventure qu’est le jeûne intermittent, on vous conseille la méthode 16:8 dont on vous a parlé plus haut.

Le jeûne 16:8

Comme on l’a déjà dit précédemment, c’est le meilleur jeûne pour débuter en douceur tout en s’assurant des résultats. Vous allez choisir dans votre journée une plage de 8h seulement où vous allez pouvoir manger. Hors de ces 8h, vous ne pourrez consommer que de l’eau, des thés et tisanes non sucrés, du café non sucré et des bouillons de légumes. Il s’offre alors à vous deux choix : sauter le petit-déjeuner, donc ne pas vous alimenter de 21h à 13h par exemple, ou de 20h à 12h pour avoir les 16h totales suivant l’heure de fin de votre dîner. Ensuite, vous pourrez prendre un déjeuner et un dîner entre les 8h restantes.

Sinon, vous pouvez tout aussi bien sauter le dîner : Vous déjeunez à 8h ou 9h, vous déjeuner à 12h ou 13h selon vos habitudes et vous pouvez prendre une petite collation à 16h suivant l’heure de votre petit-déjeuner pour ne pas dépasser les 8h. Ensuite, de 16h de l’après-midi jusqu’au lendemain matin, vous ne pouvez consommer que les boissons mentionnées ci-dessus. Pour en savoir plus, nous vous conseillons notre article sur les différents jeûnes :

Notre sélection de bouillons adaptés au jeûne intermittent :

Découvrez également :