Publié le

Salade de lentilles protéinée – fondante et croquante

salade de lentilles

Vous voulez des salades qui donnent du pep’s ? On a juste ce qu’il vous faut : une salade de lentilles hyper protéinée et savoureuse, veggie et légère. Vous allez l’adorer ! Parfaite pour épater la galerie grâce à notre secret. De quoi faire un déjeuner original, voire garnir votre lunchbox au bureau s’il en reste !

Le secret pour cette salade d’exception : les ingrédients principaux (lentilles carottes oignon) vont cuire lentement dans un bon bouillon bien mijoté aux 6 légumes et herbes aromatiques, une recette de chef qui leur apportera beaucoup de saveurs.

On finira par une autre petite astuce de chef : de fines lamelles d’oignon rouge légèrement confite à cru pour le croquant et bien sûr un peu d’herbes pour la fraîcheur.

Notre recette de salade de lentilles froides

Les ingrédients :

– 2 bouillons L’Idéal en 50cl*
– 1/2 bol de lentilles vertes (2 personnes)
– 2 carottes moyennes
– quelques branches de ciboulette
– quelques branches de persil plat ou de coriandre
– 1 oignon rouge et 1 oignon jaune pour la cuisson
– 1 clou de girofle
– un peu d’huile d’olive pour l’assaisonnement
– sel & poivre

  • *1 bouteille peut suffire mais le résultat sera moins parfumé. Complétez alors avec de l’eau.
ingrédients salade de lentilles

La recette de cette salade en étapes :

Commencez par verser les lentilles et le bouillon (au moins 2 fois la quantité de lentilles) dans une casserole. Epluchez puis coupez les carottes en biseau (c’est plus joli dans l’assiette et meilleur en goût car il y a une plus grande surface de coupe). Les mettre avec les lentilles ainsi qu’un demi oignon avec un clou de girofle planté dedans. Salez et poivrez. Faîtes mijoter doucement 15/20 minutes, sans faire bouillir trop fort au risque d’obtenir une purée de lentilles ! Le but est que les lentilles ne croquent pas mais soient juste légèrement fondantes sous la dent.

Surtout ne salez pas l’eau ! Le sel aurait pour effet de rendre la peau des lentilles trop ferme, voire croquante !

Coupez l’oignon rouge en fines rondelles (comme sur la photo). Disposez-les à plat sur une assiette pour les saler et poivrer. Ajoutez aussi un peu de jus de citron (pour accentuer le goût et la couleur) ainsi qu’un filet d’huile d’olive. Réservez-les. Elles vont légèrement confire.

Pour la coriandre (ou le persil, selon votre préférence), effeuillez-la (enlevez doucement les feuilles des différentes branches ) et ciselez-la. Prenez soin de couper les feuilles sans les écraser. Utilisez un couteau bien aiguisé et tranchez les feuilles avec un mouvement de va et vient et non de haut en bas. Cela vous permettra de garder toute la fraicheur et le goût de l’herbe aromatique et d’éviter qu’elle ne s’oxyde et perde sa belle couleur. Si vous n’avez pas de bon couteau, des ciseaux marchent très bien également ! Ciselez ensuite votre ciboulette.

Retournons aux lentilles !
Vérifiez la cuisson de vos lentilles et de vos carottes à l’aide d’un couteau. Retirez l’oignon avec le clou de girofle de votre préparation. Egouttez votre préparation dans un chinois ou une passoire, AVEC UN BOL EN DESSOUS afin de récupérer le bouillon de cuisson des lentilles. Vous pourrez le boire avec votre salade. Vous allez voir, c’est un petit régal et un concentré de fer !

Servez les lentilles dans des assiettes creuses. Disposez les lamelles d’oignon sur vos lentilles avec le mélange d’herbes. Ajoutez un petit filet d’huile d’olive et quelques gouttes de vinaigre de vin vieux ou balsamique.

Votre salade de lentilles est prête !

Vous avez aimé cette recette de salade de lentilles ? Laissez une note ou un commentaire !

Voir d’autres recettes avec le bouillon L’Idéal ici

Cette recette est aussi disponible en format vidéo sur notre compte Instagram : @bubouillons

Publié le

Jeûne intermittent avis et conseils pour bien démarrer

jeûne intermittent avis

Ce ne sont jamais les avis qui manquent quand il s’agit de parler d’une nouvelle pratique en vogue. Il faut donc trier le vrai du faux entre les “anti-contre” et les miraculés. On décrypte pour vous le jeûne intermittent avis trouvés sur le net et ceux des experts interviewés.

Tout ce qu’il faut retenir des avis sur le jeûne intermittent

Les différents avis sur le jeûne intermittent

Vous trouverez sur internet une multitude d’avis et de témoignages de personnes ayant testé tel ou tel jeûne, mais aussi l’avis de certains “experts” : médecins, nutritionnistes et autres professionnels de santé, avec plus de nuance. Pour rappel, jeûner consiste simplement à arrêter de nourrir son corps pendant un certain temps et donc mettre au repos son système digestif. Rien de bien méchant ! Nous le faisons chaque nuit en allant dormir. Le jeûne intermittent propose seulement d’étendre cette phase de repos digestif de quelques heures supplémentaires. 

Jeûne intermittent Avis des experts

Il y a deux écoles parmi les experts :
– Les adeptes et convaincus du jeûne, qui souvent le pratique eux-mêmes et le prescrivent à leurs patients, que ce soit pour perdre du poids ou les aider à réduire leur diabète ou leur cholestérol…
– Les plus frileux, qui préfèrent la médecine traditionnelle et les méthodes plus académiques, sans pour autant dénigrer le jeûne, mais en restant prudents sur les possibles bienfaits, et très alertes sur les supposés “dangers”.

Nous avons rencontré le Docteur Isabelle Meurgey, spécialiste en Nutrition, en Alimentation Santé et Médecine anti-âge. Le docteur Meurgey pratique elle-même le jeûne depuis des années, et le conseille vivement à ses patients pour compléter certains traitements comme le ralentissement du vieillissement cellulaire, l’amélioration de la digestion et bien évidemment la perte de poids. Elle parle d’ailleurs du jeûne thérapeutique dans son livre Epigen, en pleine santé jusqu’à 120 ans ! sur la Médecine Épigénétique. Le docteur affirme que restreindre son alimentation est “une méthode reconnue pour augmenter l’espérance de vie” (prouvé sur les modèles animaux du rat au singe).

Les effets thérapeutiques vont même bien plus loin. Le docteur souligne que toutes les publications sur le jeûne jusqu’ici s’accordent sur “la diminution de l’inflammation et des symptômes des maladies rhumatismales, auto-immunes et allergiques” mais aussi “la régulation du taux d’insuline, des sucres et des graisses, le drainage de l’eau et du sel qui diminue la tension artérielle et les oedèmes, la stimulation de production des neuromédiateurs du bien-être dans le cerveau (dopamine, sérotonine… pour la sérénité), la synchronisation des horloges biologiques” pour une meilleure qualité de sommeil, “l’activation des gènes de réparation qui stimule le rajeunissement“.

En résumé :
Jeûne intermittent avis des experts : certains bienfaits sont reconnus par la plupart d’entre eux comme le nettoyage cellulaire, la meilleure digestion et la perte de poids via la cétose. Certains restent plus frileux quant aux possibles complications pour la santé pour certaines personnes plus faibles si le jeûne se fait trop long. Pour certains médecins, le jeûne est une véritable cure de jouvence qu’il faut adopter et prescrire à beaucoup de leurs patients, et qu’ils pratiquent eux-mêmes. On pense au Dr. Frédéric Saldmann qui pratique le jeûne séquentiel et ne prend qu’un repas par jour !

Jeûne intermittent Avis des personnes qui l’ont testé

La parole est maintenant aux centaines de personnes comme vous et moi qui avons joué le jeu et tenté le jeûne intermittent.
Un large consensus semble être trouvé pour beaucoup de personnes ayant adopté le jeûne 16:8, une forme de jeûne ou l’on cesse de s’alimenter pendant 16h sur les 24h quotidiennes. C’est la forme de jeûne la plus couramment adoptée, la plus abordable pour débuter et la plus facile à reproduire au quotidien (voir notre article sur toutes les formes de jeûnes possibles). Si vous débutez, commencez progressivement par jeûner 1 jour par semaine les 16h, puis la semaine d’après, essayez 2 jours consécutifs etc. C’est en y allant progressivement que votre corps va s’habituer à ce rythme et aux privations.

Pour beaucoup, des kilos de perdus, une meilleure digestion ainsi qu’un regain notable de vitalité. Tout cela, bien sûr, après des semaines de jeûne assidues. La sensation de faim s’estompe au fil des semaines de jeûne intermittent, il faut donc persévérer et s’accrocher pour que le jeûne devienne plus naturel pour votre corps. Contrairement aux régimes hypocaloriques ou autre, vous n’avez pas à surveiller à chaque repas vos calories, ou à refuser du dessert au dîner. Le jeûne est donc plus facile à gérer au quotidien, et moins frustrant car vous pouvez continuer de manger normalement pendant les 8h.

Bien sûr, n’allez pas faire un Burger double cheese pour rompre votre jeûne si vous voulez perdre du poids ! On conseille d’ailleurs de ne pas manger trop gras ni trop sucré lors du repas de reprise alimentaire (premier repas après les 16h de jeûne).

Pour ceux qui ont tenté un jeûne un peu plus long comme celui de 24h ou de 48h, beaucoup racontent la difficulté pour ne pas craquer, surtout le premier soir au dîner quand la faim se fait ressentir. Pour ce type de jeûne, on préférera avoir essayé auparavant le jeûne 16:8 pour habituer le corps. Pour ce qui est des bienfaits, beaucoup témoignent des mêmes vertus que pour le jeûne de 16h, d’autres ajoutent avoir une peau plus nette, une meilleure concentration et clarté d’esprit. Cependant, ces bienfaits sont conditionnés à de bonnes pratiques de jeûne pour ne pas “gâcher” ses effets pendant les autre jours ou heures de reprise de l’alimentation. Voici nos conseils pour vous assurer d’un jeûne réussi :

Nos conseils pour bien vivre son jeûne intermittent avis

Les précautions

Le jeûne est sans danger pour une personne en bonne santé.

Dans certains cas, il est toutefois formellement déconseillé : personnes malades, âgées (après 80 ans) ou trop jeunes (avant l’adolescence), personnes atteintes de troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie), d’hyperthyroïdie décompensée, d’athérosclérose cérébrale avancée, d’insuffisance hépatique ou rénale sévères, et pour les femmes enceintes ou allaitantes.
Si c’est votre cas, nous vous recommandons d’abandonner l’idée du jeûne. 

L’hydratation

La clé de tout jeûne réussi tient dans ce mot magique dont on doit tant vous rabâcher l’importance au quotidien sans même faire de jeûne. On dit souvent qu’il faudrait boire plus de 2L d’eau par jour, encore plus pour un sportif. Et bien considérez que c’est encore plus important en temps de jeûne de boire ces 2L de liquide, pour plusieurs raisons. Quand on parle de liquide, on ne parle plus seulement d’eau mais de thé ou infusions non sucrées et de bouillons de légumes, qui sont les boissons acceptées et conseillées pendant le jeûne pour varier les plaisirs, et surtout mieux vivre votre jeûne.

En effet, une des premières raisons est que la prise de ces diverses boissons non sucrées comme le thé ou les bouillons de légumes vont permettre d’atténuer la sensation de faim que vous aurez surement les premiers jours. Bien boire vous aidera à tenir votre jeûne et à ne pas craquer ! Pour cela, les bouillons de légumes sont très efficaces, surtout le soir ou à midi pour tromper la faim.

La seconde est que le fait de bien boire va aider le corps à éliminer ses toxines pendant le jeûne. Une bonne hydratation va aider le corps à faire ce travail. Ensuite, bien hydrater son corps est essentiel à son bon fonctionnement : notre corps est composé à 70% d’eau, que nous perdons au fil de la journée. Il est donc important, surtout lorsque l’on ne reçoit pas l’eau normalement contenue dans certains aliments comme les fruits pendant que l’on jeûne, de s’assurer un apport constant en liquides.

La préparation en amont et en aval : la descente et la remontée du jeûne

Ce sont des phases où l’on va volontairement choisir une alimentation adaptée pour que la période de jeûne se passe au mieux. Pour être plus clairs, on essaye d’optimiser ce qu’on va manger pour éviter une sensation de faim trop intense. Cette sensation de faim est souvent provoquée par des pics d’insuline, souvent dus à la consommation de sucres et de glucides rapides. Pour mieux vivre votre jeûne, on vous conseille donc de ne pas trop en consommer juste avant de commencer votre jeûne (le repas d’avant par exemple). Ceci est plus valable pour le jeûne de 24 et 48h que pour le jeûne de 16h même si cela peut vous aider au début.

Pareil pour la reprise alimentaire, et ce surtout pour un jeûne de 24 et 48h : il ne faudra pas se ruer sur la nourriture et manger n’importe quoi alors que vous venez de jeûne pendant tout ce temps. Il faudra privilégier les repas riches en protéines, légumes et légumineuses et bons gras (Omégas 3), mais aussi des fruits pour les vitamines et fibres. On attendra le second repas pour réintroduire les glucides. Cela va aussi empêcher votre corps de trop stoker après avoir été privé de nourriture. Vous éviter donc l’effet yoyo indésirable des régimes minceur.

Le régime cétogène pour accélérer la perte de poids

Une alternative choisie par certains pour accentuer les bénéfices du jeûne est d’adopter en complément une alimentation cétogène pour entretenir l’état de cétose qui se produit dans notre corps pendant un jeûne de 24h ou plus. Mais alors en quoi consiste cette alimentation ? C’est très simple : c’est un régime pauvre en glucides et riche en graisses, qui permet le maintien d’un état métabolique particulier appelé “cétose” où le corps va brûler des graisses de lui-même.

Quand on jeûne 24h ou plus, le corps se met naturellement dans cet état pour produire sa propre énergie et continuer de bien fonctionner. Il ira donc transformer la graisse en cétones ou corps cétoniques pour pallier le manque de glucose, sa source d’énergie préférée, que l’on retrouve (vous n’allez pas nous croire) dans les glucides ! Mais avant ces 24h, le foie libérera le sucre stocké et cet état ne sera pas encore enclenché avant l’épuisement des dîtes réserves.

Pour un Français, cela implique de dire au revoir au pain, aux pâtes, et à beaucoup de féculents ainsi qu’à presque tous les mets sucrés, hormis quelques fruits. Assez dur à tenir dans la durée donc, mais cela peut être facilement tenable sur une semaine ou deux pour vraiment perdre les kilos superflus de manière rapide.

La méthode la plus simple pour jeûner

Ces avis vous ont donné l’envie de passer à l’action ? Pour bien débuter cette aventure qu’est le jeûne intermittent, on vous conseille la méthode 16:8 dont on vous a parlé plus haut.

Le jeûne 16:8

Comme on l’a déjà dit précédemment, c’est le meilleur jeûne pour débuter en douceur tout en s’assurant des résultats. Vous allez choisir dans votre journée une plage de 8h seulement où vous allez pouvoir manger. Hors de ces 8h, vous ne pourrez consommer que de l’eau, des thés et tisanes non sucrés, du café non sucré et des bouillons de légumes. Il s’offre alors à vous deux choix : sauter le petit-déjeuner, donc ne pas vous alimenter de 21h à 13h par exemple, ou de 20h à 12h pour avoir les 16h totales suivant l’heure de fin de votre dîner. Ensuite, vous pourrez prendre un déjeuner et un dîner entre les 8h restantes.

Sinon, vous pouvez tout aussi bien sauter le dîner : Vous déjeunez à 8h ou 9h, vous déjeuner à 12h ou 13h selon vos habitudes et vous pouvez prendre une petite collation à 16h suivant l’heure de votre petit-déjeuner pour ne pas dépasser les 8h. Ensuite, de 16h de l’après-midi jusqu’au lendemain matin, vous ne pouvez consommer que les boissons mentionnées ci-dessus. Pour en savoir plus, nous vous conseillons notre article sur les différents jeûnes :

Notre sélection de bouillons adaptés au jeûne intermittent :

Découvrez également :

Publié le

Jeûne intermittent programme pour jeûner comme vous voudrez (7 pratiques)

jeûne intermittent programme

Jeûne séquentiel (intermittent) ou prolongé, il y en a pour tous les goûts ! Le jeûne intermittent s’est décliné sous de nombreux formats, du plus court aussi appelé jeûne 16:8 au jeûne sur plusieurs jours consécutifs pour les plus aguerris. Chaque type de jeûne est plus ou moins adapté suivant votre santé, votre expérience, mais aussi vos objectifs. Jeûne intermittent : demandez le programme !

Jeûne intermittent Programme de jouvence et de bien-être.

Les jeûnes séquentiels courts

Ce sont les jeûnes les plus abordables et faciles à adopter au quotidien. Assez logiquement, plus la durée du jeûne augmente, et plus il est difficile à tenir, mais plus ses bénéfices seront grands.

Le jeûne 16:8 / jeûne intermittent programme de 16h

C’est le jeûne le plus couramment pratiqué, et le plus simple. Il présente l’avantage d’être facilement intégrable à notre quotidien sans forcément créer de bouleversements dans notre planning. Comme son nom l’indique, il s’agit d’arrêter de s’alimenter pendant 16h consécutives. Il est assez simple car il suffit souvent simplement de prolonger notre jeûne de la nuit (quand on dort, on jeûne forcément !). Mais on peut aussi sauter le dîner si l’on préfère prendre un bon petit-déjeuner.

En soit, il suffit de réduire notre plage d’alimentation à 8h par jour. Hors de ces 8h, plus aucun aliment solide ne doit être ingéré sous peine de casser le jeûne et ses bénéfices. Pendant le jeûne, et ce pour tous les jeûnes (sauf le jeûne hydrique dont nous parlerons après), vous pourrez consommer à volonté : de l’eau, du thé non sucré, des bouillons de légumes naturels, et un peu de café non sucré (si indispensable pour vous).

Nous vous recommandons de commencer par ce jeûne 16:8 si vous débutez. D’abord, essayer-le un jour par semaine, puis deux jusqu’à, pourquoi pas, l’adopter tous les jours après vous y être accoutumé ! Le tout est d’y aller progressivement et de tenir bon. Les premiers jeûnes seront surement plus difficiles, mais au fil du temps votre corps s’habituera à la privation de nourriture et le jeûne sera beaucoup plus agréable. Il faut persévérer sans brûler d’étapes.

Comment ça se passe ? Jeûne intermittent programme 16:8 type.

  • Sans petit déjeuner : 
    De 12h à 20h vous mangez : un déjeuner, une collation (en option) et un dîner. 
    De 20h à 12h vous jeûnez. Vous pouvez consommer à volonté : de l’eau, du thé ou du café (sans sucre), du bouillon de légumes. 
  • Sans dîner : 
    De 8h à 16h vous mangez un petit déjeuner, et un bon déjeuner avec une petite collation à 16h
    De 16h à 8h vous jeûnez. Vous pouvez consommer à volonté : de l’eau, du thé ou du café (sans sucre),  du bouillon de légumes.

Le jeûne 6:1 / jeûne intermittent programme de 24h

Il s’agit du même principe que le jeûne 16:8 sauf qu’au lieu de rompre le jeûne au bout de 16h, vous tiendrez 24h. Pour reprendre le programme ci-dessus sans petit déjeuner, au lieu de cesser le jeûne à midi, vous ne le romprez qu’au soir lors du dîner. Plus difficile qu’un jeûne 16:8, nous le conseillons pour les personnes ayant déjà pratiqué le jeûne de 16h. Il reste néanmoins abordable même s’il faudra faire preuve d’un peu de volonté pour tenir !

Important, on préconise en général pour ce jeûne une “descente” la journée d’avant : pas de sucres et des glucides en très faible quantités pour ne pas provoquer de pic d’insuline qui accentuerait la faim la journée du jeûne.

Enfin on préférera le jeûne de 24h pour une journée où l’effort physique et intellectuel est moindre, comme le dimanche par exemple. Prévoyez vos bouillons de légumes et tisanes pour tenir l’effort et veillez à rester bien hydratés. Parlez-en à votre médecin pour éviter de possibles complications si votre état de santé le nécessite.

Résumé : Jeûne intermittent programme 24h type.

  • Prévoir une descente (peu de sucres et de glucides)
  • Jeûne de 24h
  • Journée à faible intensité physique ou mentale
  • Rupture du jeûne adaptée (réintroduction progressive des sucres et glucides)

Le jeûne 5:2 / jeûne intermittent programme de 48h

Comme le jeûne de 24h mais cette fois-ci, on peut choisir de faire 48h consécutives (un beau challenge !) soit de faire un jeûne de 24h deux fois dans la semaine.
Pour un jeûne de 48h consécutives, n’hésitez à en parler au préalable à votre médecin pour vous assurer que ce programme est compatible avec votre état.
Par ailleurs il requiert une bonne préparation, aussi appelée “descente”. Avant de commencer le jeûne, on prépare son corps à la privation et donc on commence à manger moins, et surtout à manger plus de légumes et de légumineuses. On supprime la viande, le poisson et les féculents 48h avant de façon progressive pour habituer le corps. Il faudra aussi préparer la remontée : quand vous allez rompre le jeûne, il faudra faire le chemin inverse, c’est à dire réintroduire progressivement les laitages, viandes et féculents en faibles quantités.

Résumé : Jeûne intermittent programme 5:2 type.

  • Prévoir une descente (exit la viande, les féculents et le poisson 48h avant)
  • 2 jeûnes de 24h ou 1 jeûne de 48h (plus difficile)
  • Prévoir une rupture adaptée (réintroduction progressive des laitages, viande, féculents) 

Le jeûne intermittent programme de 3 jours

Ici, on prolonge encore le programme de jeûne intermittent d’une journée. Ce jeûne est à faire seulement après avoir essayé les jeûnes précédents. Le mieux étant d’être entouré, par exemple dans un centre de jeûne et d’être impérativement suivi par un médecin. Les conseils précédents s’appliquent et doivent être encore plus anticipés (descente et remontée encore plus progressives et anticipées).
Pendant ces trois jours, vous pourrez de façon optionnelle manger un repas très léger le soir, par exemple un bouillon avec quelques légumes en agréments ou une soupe. Le matin, vous pouvez aussi consommer des jus de fruits frais dilués (pour éviter un trop grand apport en glucides, qui romprait le jeûner) pour l’énergie.

Résumé : Jeûne intermittent programme 3 jours type.

  • Descente et remontée plus aboutie encore (exit la viande, les féculents et le poisson 48h avant, puis reprise progressive)
  • Encadrement médical fortement recommandé
  • Repas très légers le soir en option

Les jeûnes prolongés

Ce sont les jeûnes les plus difficiles à tenir, et qui nécessitent de consacrer une semaine entière pour arrêter toute activité et se concentrer sur son jeûne. Ces jeûnes requièrent un encadrement spécifique et idéalement un peu d’expérience avant de s’y lancer. Ils sont en général pratiqués une à deux fois dans l’année au changement de saison, pour une remise en forme, un “reset”.

Le jeûne de 7 jours

Jeûner une semaine complète : un vrai programme pour les courageux qui veulent tenter l’expérience, perdre du poids (mais aussi du muscle malheureusement). Pendant les 7 jours, seulement quelques repas très légers pour tenir la distance (même si certains tentent le jeûne 100% liquide), beaucoup de méditation et de sommeil pour supporter la faim. Le niveau est très élevé et l’épreuve vraiment difficile selon les témoignages. Bien sûr à ne faire que sur une semaine de vacances, et surveillé de près par un médecin et surement un coach pour la motivation ! Pour les intéressés, un article très complet pour préparer son jeûne de 7 jours ici.

Le jeûne de 21 jours

Le Rocky Balboa du jeûne : 21 journées jeûnées.
Là, seuls les mordus du jeûne s’y aventurent. Une véritable pause est nécessaire pour ralentir et se recentrer sur soi. Le jeûne est aménagé de telle façon que des petits repas sont prévus. Ces jeûnes sont souvent proposés lors de cures ou de retraites en groupe, avec des thématiques comme le yoga ou la randonnée, et un encadrement médical, on insiste. Une expérience inédite et qui nécessite de la préparation ainsi que de l’expérience. Pour les adeptes de longue date…

Le jeûne hydrique

Hydrique désigne ici la façon de jeûner, sans durée précise. C’est un jeûne qui se veut 100% liquide et à l’eau. Pas de petit repas même sur une longue durée, ni autre boisson comme le thé ou les bouillons de légumes. C’est une vision assez puriste et plutôt réservée aux habitués, en recherches de nouvelles frontières. Attention tout de même aux possibles conséquences d’une telle pratique sur la santé s’il s’inscrit dans la durée. Pour les curieux, un article dédié au jeûne hydrique ici.

Résumé : Jeûne intermittent programme jeûne hydrique type

  • De l’eau
  • De l’eau
  • Encore de l’eau

Le jeûne thérapeutique : prévenir les maladies

Le jeûne thérapeutique offre une autre grille de lecture pour choisir son jeûne. Il considère avant tout l’objectif de bénéficier du plus de bienfaits possibles pour la santé, notamment pour prévenir des risques de cancer et de maladies cardiovasculaires. En effet, les chercheurs ont prouvés que les marqueurs responsables de l’apparition de ces maladies diminuaient chez les sujets pratiquant le jeûne. Un reportage très éclairant est disponible en VOD sur Arte (ici).
Ces mêmes chercheurs ont aussi démontré un ralentissement du processus de vieillissement du corps. Pour en savoir plus, nous vous conseillons notre article détaillé sur les bienfaits du jeûne :

Tous les bienfaits du jeûne pour le corps et l’esprit

En résumé, voici les 7 variantes figurant dans notre article “jeûne intermittent programme pour jeûner comme vous voudrez” :

  • jeûne 16:8
  • jeûne 6:1 ou jeûne 24h
  • jeûne 5:2 ou jeûne 48h
  • jeûne 3 jours
  • jeûne 7 jours
  • jeûne 21 jours
  • jeûne hydrique

Notre sélection de bouillons adaptés au jeûne intermittent :

Découvrez également :

Publié le

Jeûne intermittent : tout savoir sur cette pratique

Le Jeûne intermittent : vous l’avez surement entendu ou vu quelque part, que ce soit dans la bouche d’une collègue ou dans le dernier magazine santé à la mode. Il est sur toutes les lèvres depuis peu, que ce soit sur celles de ses adeptes ou de ses détracteurs. Voici quelques éléments sur cette pratique aux promesses séduisantes.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?


Commençons par les bases. Le jeûne désigne tout simplement l’absence de consommation de nourriture, c’est ce que nous faisons tous les soirs lorsque l’on dort : on cesse de s’alimenter pendant une période plus au moins étendue. “Intermittent” veut tout simplement dire qu’il a lieu par intervalles. C’est donc une pratique qui alterne des plages de temps jeûnées, et des plages de temps où l’on s’alimente normalement.

Bien sûr, si l’on suit ce raisonnement, tout le monde fait le jeûne intermittent ! En fait, quand on parle de jeûne intermittent, on se réfère à une privation de nourriture plus longue que nos 8h de sommeil, c’est-à-dire à interruption volontaire et non pas subie.
Bien loin d’être un nouveau courant masochiste, le jeûne intermittent se veut être une véritable démarche bien-être ayant pour but d’apporter de multiples bienfaits au corps mais aussi à l’esprit.

Lire aussi notre article complet “Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Toutes les bonnes raisons de faire un jeûne intermittent

En arrêtant de se nourrir (d’aliments solides caloriques) pendant un certain temps, on permet au système digestif de se mettre au repos. Ce temps de repos prolongé va permettre au corps de se détoxifier et de favoriser une régénération de l’organisme dans son ensemble. Le temps minimum pour bénéficier de ces bienfaits serait de 16h. C’est pour ça que l’on parle de jeûne 16:8 (16+8=24 pour les 24 heures de la journée).
Passons en revue succinctement les bienfaits et apports du jeûne intermittent.

Nettoyage cellulaire

Face à la privation de nourriture solide (on continue de bien s’hydrater pendant tout jeûne intermittent !), le corps va en quelque sorte passer en “mode survie”. Les cellules qui habituellement se nourrissent de glucose (sucre) des aliments vont donc devoir réduire leur métabolisme. Résultat : schématiquement seules les cellules saines survivront à cette privation d’énergie. Les cellules non-saines étant à l’origine de dégénérescence pouvant mener au développement de maladies, le jeûne permet d’en éliminer une bonne partie.
Ce processus permet donc de ne garder que des cellules opérationnelles, qui se nourriront, au passage, des cellules mortes.

Ralentissement du vieillissement

C’est une illustration des bienfaits du nettoyage cellulaire (et on ne va pas s’en plaindre).  Les cellules peu opérationnelles sont en partie responsable du vieillissement prématuré des cellules et de l’oxydation cellulaire. Grâce à cette sélection naturelle entre cellules, on observe une baisse de ces deux phénomènes chez un sujet pratiquant le jeûne. Pour aller plus loin : une étude complète sur le jeûne ici.

Libération des toxines accumulées

Nos organes, libres de leurs obligations digestives (on pense évidemment à l’estomac, au foie… mais votre coeur, votre cerveau sont également impliquées dans ces phases : piloter l’ensemble, faire circuler le sang … ) vos organes, donc, vont pouvoir faire le grand ménage et mieux éliminer les déchets accumulés.
Bref c’est un peu comme faire une vidange : le corps fonctionne mieux après, et pour plus longtemps ! Pour plus d’infos, se référer à cet article détaillé ici.

Conséquence in fine : la peau s’en voit plus éclatante, et notre vitalité augmentée. Certains témoignent aussi d’un meilleur sommeil.

Perte ou régulation du poids – une des motivations récurrentes pour faire un jeûne intermittent

L’organisme, privé de sa source préférée de carburant qu’est le glucose pendant le jeûne, va adopter l’état métabolique appelé “cétose” qui va lui permettre de créer son propre carburant, à partir des cellules graisseuses du corps. Cet état est seulement possible si le taux de glucose est réduit et les niveaux d’insulines faibles

 Voir aussi : Jeûne et perte de poids : une solution douce et pérenne

Régulation de la glycémie

On vient de le voir dans le paragraphe précédent, c’est une conséquence directe de la diminution du taux de glucose dans le sang. Cette diminution est seulement possible si l’on cesse d’alimenter son corps en aliments caloriques et sucrés. On insiste donc sur le fait que les boissons consommées doivent aussi être sans sucres et très peu caloriques. Des chercheurs ont d’ailleurs démontré une meilleure résistance à l’insuline et une baisse de la sensibilité à l’insuline (étude de l’International Journal of Obesity) grâce au jeûne.

Bienfaits pour notre microbiote

Ah le microbiote ! Inconnu ou oublié pendant trop longtemps, on parle aussi beaucoup de lui en ce moment. Eh bien figurez-vous que dans le cadre d’un jeûne intermittent, nos germes intestinaux par milliards vont participer à l’effort de guerre en s’organisant et s’adaptant aux restrictions. Car oui, les germes se nourrissent aussi ! Une régulation microbienne va s’opérer, et une étude montre même un meilleur équilibre microbien ainsi que des améliorations au niveau de la santé cardiométabolique.

Diminution des vecteurs de maladies 

Aussi fou que cela puisse paraître (ou non d’ailleurs), le jeûne permet la prévention de nombreuses maladies cardiovasculaires, et même de certains cancers. Moultes études constatent une diminution marquée de la pression artérielle et de la production de cholestérol notamment due à la baisse des triglycérides (chaine de graisses) dans le sang, principaux marqueurs liés aux maladies cardio-vasculaires. (Evoquons à nouveau l’étude de l’International journal of Obesity). 

Les bienfaits du Jeûne intermittent pour l’esprit

Bien sûr, on ne s’arrête pas dans une si bonne lancée ! Cette fois-ci, pas d’étude chiffrée mais de nombreux témoignages supportent le constat d’une nette amélioration de la concentration pendant le jeûne, ainsi qu’une vivacité d’esprit accrue. Outre ….La pratique du jeûne intermittent serait stimulante pour le cerveau car elle favoriserait la croissance de nouveaux neurones.

Consulter en détail tous les bénéfices du jeûne

Les différentes méthodes pour jeûner

Il existe un certain nombre de possibilités pour jeûner. Il est important de comprendre que toutes ces façons peuvent plus ou moins vous convenir suivant vos objectifs mais aussi votre santé. Certains jeûnes sont plutôt réservés aux plus aguerris, pratiquant déjà le jeûne depuis plusieurs années. Pour commencer, (et pour ne pas vous décourager) nous vous conseillons un jeûne court.

La méthode 16:8
C’est le jeûne de 16h : l’un des plus répandus aujourd’hui, de par son accessibilité et sa facilité à s’intégrer à votre quotidien. Comme son nom l’indique, vous allez jeûner 16h sur les 24h d’une journée, et donc choisir une plage de 8h dans votre journée pour vous alimenter. Ce jeûne peut tout fait être adopté au quotidien car il suffit juste par exemple de sauter le petit-déjeuner ou bien le dîner, chose que nombre d’entre vous font peut-être déjà sans le savoir !

Pour commencer le jeûne intermittent, nous vous conseillons d’y aller petit à petit : d’abord 1 journée par semaine, puis la semaine suivante 2 jours (non consécutifs) etc. Sachez que lorsque vous aurez fait plusieurs jeûnes intermittents 16:8, vous pourrez passer à des jeûnes plus longs, de 1 à 2 jours consécutifs, qui seront plus faciles pour vous.

Voir les autres types de programme de jeûne intermittent

Le bouillon, star du jeûne intermittent

Pendant un jeûne, seules les boissons peu caloriques sont acceptées. Peu caloriques, c’est-à-dire peu sucrées, pour faire simple : le thé ou le café (sans sucres), l’eau et les bouillons de légumes. Et les jus de fruits ? Not possibeule, car trop riches en sucres.
C’est extrêmement important car comme expliqué plus haut, le corps doit être privé de glucose et autres aliments solides (qui impliquent une digestion) pour pouvoir changer d’état métabolique.
Votre priorité durant votre jeûne doit être de bien hydrater votre corps, c’est primordial. Essayez d’atteindre les 3L par jour recommandés pour palier l’absence d’aliments solides (qui contiennent une partie de l’eau dont nous avons besoin quotidiennement).

Un bouillon de légumes vous permet de varier vos boissons, avec plus de goût et de corps, ce qui permet de mieux tenir cette période de privation. Il peut même servir de transition lors de la rupture du jeûne : un p’tit bouillon en début de repas vous permettra de prolonger encore le jeûne ou de retarder un peu l’absorption d’aliments solides. En plus de cela, les bouillons de légumes sont connus pour améliorer la digestion en boostant notre tube digestif tout comme notre foie.

Tout savoir sur le jeûne et les bouillons de légumes

En résumé, le jeûne intermittent c’est

  • Une pratique qui consiste à interrompre volontairement son alimentation “normale” et pour une durée supérieure à 8h (en général pour 16h minimum)
  • Des bienfaits bien documentés scientifiquement comme : le nettoyage cellulaire, le ralentissement du vieillissement, la libération de toxines accumulées, la perte ou régulation du poids – une des motivations récurrentes pour faire un jeûne intermittent, la régulation de la glycémie, des bienfaits pour notre microbiote, la diminution des vecteurs de maladies, des bienfaits pour l’esprit
  • De nombreuses façon de le pratiquer, chacun à son rythme, ce que l’on peut résumer par “Jeûner comme vous aimez”
  • Beaucoup plus sympa avec un bouillon de légumes, faibles en calories, savoureux (quand il est bien fait), un vrai atout pour réussir son jeûne intermittent

Notre sélection de bouillons adaptés au jeûne intermittent :

Découvrez également :

Publié le

Faire un jeûne pour maigrir : une solution douce et pérenne

Le jeûne intermittent est considéré comme une méthode particulièrement douce et pourtant très efficace pour perdre durablement du poids. Loin des restrictions d’aliments particuliers ou du fameux compteur à calories, le jeûne intermittent est une solution long-terme pour retrouver son poids de forme et le maintenir dans la durée.

Le jeûne intermittent, c’est à dire jeûner par intermittence (voir ici notre article), se décline en de nombreuses variantes plus ou moins courtes et peuvent pour certaines, parfaitement s’intégrer à votre quotidien. Le jeûne peut alors être considéré comme un nouveau mode de vie, tourné vers la rechercher de bien-être. Choisir le jeûne pour maigrir, c’est s’assurer des résultats rapides sans sacrifices, mais aussi de jouir de multiples bienfaits pour votre santé et votre esprit.

Adopter le jeûne pour maigrir durablement et naturellement

Pour perdre du poids, il n’y a pas de formule magique. Il faut être en déficit calorique, c’est à dire dépenser plus de calories que l’on en consomme. Jusque là, rien de bien nouveau. Traditionnellement on réduit l’apport calorique à chaque repas, en supprimant ceci ou cela… pas facile à tenir.

Le jeûne est différent car il change la façon d’atteindre ce déficit calorique : tout va se passer dans une plage de temps limitée, et non par privations continues . L’intérêt est qu’en supprimant un repas par exemple, votre jeûne n’implique pas de grand changement dans votre alimentation habituelle.

Comment on fait alors ? Prenons l’exemple du jeûne de 16h. Si vous jeûnez pendant ces 16h, il vous reste 8h pour vous alimenter (sur les 24h quotidiennes) : vous ne prenez pas de petit déjeuner le matin, donc vous rompez votre jeûne lors du déjeuner à 13h, vous prenez une petite collation à 16h30 et vous dînez à 20h. Entre 21h et 13h vous ne consommez aucun aliment autre que de l’eau, du thé non sucré ou du bouillon de légumes.
Attention à ne pas dépasser votre apport calorique journalier pendant les plages d’alimentation, c’est à dire manger plus qu’à votre habitude pendant la phase de rupture du jeûne pour compenser (ou avant pour faire des réserves 🙂 ) ! Vos efforts seraient alors annulés.


Cette méthode va alors vous éviter le redoutable effet yoyo des régimes minceurs habituels, souvent intenable sur le long-terme. Le jeûne intermittent est, lui, bien plus simple à adopter et à faire perdurer. Il faut cependant s’accrocher les premiers jours quand la faim se fait sentir vers 11h (eh oui on a forcément testé nous-même). Le début sera toujours plus dur, mais le corps s’habituera naturellement au bout du 5ème jour (de jeûne 16:8). Avec le temps, vous supporterez mieux la faim globalement dans la journée.

Quel jeûne adopter ?
Il existe plusieurs façon de jeûner : pendant 16h consécutives, 24h consécutives, 48h etc. Et tous ces jeûnes vous permettent d’atteindre ce déficit calorique qui fait maigrir. S’il est plus aisé de jeûner 16h que 48h, les résultats ne sont pas les mêmes. Au delà de 24h de jeûne, le corps va accélérer la perte de poids par lui-même, en brûlant des graisses (nous détaillons ce mécanisme appelé état de cétose un peu plus bas).

En savoir plus : Jeûne intermittent – toutes les façons de jeûner

Pour encore mieux vivre votre jeûne pour maigrir, nous vous conseillons de consommer des bouillons de légumes hypocaloriques, qui apporteront goût et aideront à tromper la faim en plus de ravir vos papilles (s’ils sont bien faits !)

Les mécanismes de la perte de poids pendant le jeûne intermittent

La cétose – pour un jeûne d’au moins 24h

Le Docteur Claude Chauchard, nutritionniste et diplômé d’un doctorat d’endocrinologie, de biologie et de médecine du sport explique que pendant le jeûne “la sécrétion d’insuline s’effondre, hormone responsable du stockage et du maintien de la graisse à l’intérieur des cellules adipeuses.”

La cétose est un état métabolique naturel qui se déclenche lorsque le taux de glucose dans le sang est réduit. Il faut généralement 24h pour que le corps ait épuisé ses réserves de glucose souvent stockées dans le foie, pour qu’il aille s’attaquer aux tissus adipeux. Tout simplement car le glucose est plus facilement accessible par le foie car directement consommable. Le glucose provient en majorité des glucides présent dans de nombreux aliments que nous consommons. Il est souvent stocké sous forme de glucose ou glycogène dans notre foie et notre tissu adipeux.

L’état de cétose se caractérise par la formation de corps cétoniques ou cétones par le corps à partir des cellules adipeuses (graisseuses) pour en faire la principale source d’énergie, nécessaire au bon fonctionnement du corps. En d’autres termes, le corps, privé de nourriture extérieure normalement apportée par les aliments solides, va fabriquer sa propre nourriture pour continuer à fonctionner. Ce processus de fabrication est aussi appelé lipolyse, et ce n’est pas le seul à se produire dans le corps avec ces fameuses 24h. La néoglucogénèse, ou la transformation des protéines des muscles en sucre consommable se produit également quand les réserves en glycogène sont épuisées. Pas d’inquiétudes ! Vos muscles ne vont pas fondre en 24 ou 48h. Seuls les jeûnes prolongés sur plusieurs jours (comme les jeûnes d’une semaine) entrainent la diminution de la masse musculaire.

Une étude scientifique poussée que vous pouvez trouver sur le site de L’International Journal of Obesity a aussi démontré un meilleur métabolisme des glucides et des lipides pendant le jeûne grâce à un changement de composition de certaines bactéries (Firmicutes) dans notre microbiote. La corrélation entre les marqueurs du microbiote intestinal et ceux dits “cardiométaboliques” a montré une association étroite entre le métabolisme du glucose et les profils lipidiques, ainsi que les cytokines inflammatoires (les bactéries Acidobacteria, Eubacterium et Roseburia faecis).

Vous pouvez retrouver toutes les données et les résultats dans l’étude de L’International Journal of Obesity sur les effets du jeûne pour maigrir détaillés ici (en anglais).

En savoir plus : Jeûne intermittent – tous les bienfaits pour votre corps et votre esprit

Sport et jeûne pour maigrir : nos conseils 

Pratiquer une activité physique est fortement conseillée pendant le jeûne.

Attention, n’allez par faire un marathon en plein jeûne de 24h ! Mais les activités douces sont fortement conseillées durant votre jeûne pour maigrir. Considérez que si vous optez pour le jeune de 16:8 vous pouvez même allez courir ou faire un sport assez intense, si votre séance de sport est suivie par la phase d’alimentation et non par celle du jeûne. Par exemple, si vous jeûnez le matin (c’est-à-dire que vous ne prenez un dîner léger, et sautez le petit-déjeuner), vous pouvez faire un séance de sport à 11h30 et manger ensuite après l’effort.

Sinon, pour les jeûnes plus longs, préférez les sports doux comme le Yoga, le Pilates, la marche ou le vélo de balade. L’effort doit être limité pour ne pas brusquer le corps, qui ne reçoit pas de sources d’énergie extérieure.
La pratique du sport pendant le jeûne est très bénéfique car elle aide à l’élimination des toxines stockées dans le corps. Le processus de nettoyage et d’élimination des déchets sera alors accéléré pendant votre jeûne, de quoi mieux maigrir.

D’avantages de bienfaits sont possibles lorsque l’on pratique une activité physique à jeun. L’organisme soulagé de la corvée de la digestion peut directement puiser dans les graisses pour se fournir en énergie, indispensable au fonctionnement des muscles en plein effort. D’après une étude de la Kansas State University, la pratique du sport à jeun permet de brûler jusqu’a 67% de graisses contre 50% après un repas . (Source : Wilcox, Harford & Wedel Medicine & Science in Sports and Exercise).

En résumé, on peut associer une pratique sportive douce quand on jeûne pour maigrir.

Notre sélection de bouillons adaptés au jeûne pour maigrir :

Découvrez également :

Publié le Laisser un commentaire

Zoom sur le jeûne intermittent bienfaits et vertus pour l’organisme

Une pratique qui compte un nombre croissant d’adeptes
à la recherche d’un “mieux-être” autant corporel que spirituel.

Loin d’être un régime alimentaire stricto census, c’est principalement une réflexion sur comment mieux nourrir son corps et son esprit pour se faire du bien. Aujourd’hui au coeur de nombreuses controverses pour ses effets discutés, jeûner est pourtant conseillé par de nombreux professionnels de la santé comme traitement préventif de certains maux . Bien plus qu’un simple garde-fou contre certaines pathologies, le jeûne est une invitation à se réconcilier avec ses sensations et son corps.

Lire aussi notre article “Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent bienfaits avérés pour le corps :


Jeûner c’est simplement arrêter de nourrir son corps pendant un certain temps et donc mettre au repos son système digestif. Rien de bien méchant ! Nous le faisons chaque soir en allant dormir. Le jeûne intermittent propose seulement d’étendre cette phase de repos digestif de quelques heures supplémentaires. Cette prolongation va permettre de détoxifier et puis régénérer l’organisme dans son ensemble. On vous résume tout sur le jeûne intermittent bienfaits pour le corps et pas que !

Nettoyage cellulaire

Pendant le jeûne, on constate donc un véritable stress métabolique en action. Les cellules qui se nourrissent habituellement de glucose vont s’adapter pour passer en mode «survie». La cellule va réduire son métabolisme, puisqu’elle ne dispose que de peu d’énergie. Résultat : seules les cellules saines survivront à cette privation d’énergie. Celles qui n’y survivront pas serviront de nourriture privilégiée pour les cellules survivantes. Ce processus d’autophagie (les cellules “s’entretuent”) permet une sélection naturelle des cellules les plus saines, qui se nourriront des cellules les moins opérationnelles.

Ralentissement du vieillissement

C’est l’une des conséquences directes du nettoyage cellulaire dont on vient de parler : pendant cette phase de “survie” vont s’activer des mécanismes de régulation hormonale et d’autophagie, mécanismes qui éliminent les déchets impliqués dans le vieillissement prématuré. Ainsi on observe une diminution de l’oxydation cellulaire et du vieillissement prématuré des cellules. Un article passant en revue l’étude menée sur des femmes ménopausées est disponible ici.

Libération de toutes (ou presque) les toxines accumulées

Comment ? La digestion est très gourmande en énergie, on le sait, après un bon repas, notre corps est plus lourd et on se sent ralenti. On déconseille d’ailleurs de faire une activité physique juste après un repas !
Quand notre corps n’est pas occupé à digérer des aliments, nos organes comme notre foie, nos reins, intestins, peau et des poumons peuvent faire leur travail correctement et éliminer. Ces organes sont aussi appelés “filtres émonctoires“, et pour cause !

Nos filtres servent, entre autres, à évacuer les toxines que nous accumulons (qu’elles soient internes ou externes, physiques ou émotionnelles). Souvent, les maladies développées sont le résultat d’un ou plusieurs filtres saturés.
Pour éviter ce schéma mais aussi s’assurer de leur longévité et efficacité, il faut de temps à autre les désencrasser. Pour plus d’infos, cet article bien détaillé sur nos filtres émonctoires ici.
En ce sens, le jeûne est exactement l’inverse des processus de surcharge alimentaire qui provoquent oxydations et inflammations. Parmi les organes les plus sollicités, le foie va pouvoir mieux remplir son rôle de détoxication : neutraliser et éliminer les toxines que peuvent être les pesticides, les médicaments, ou encore l’urée présents en quantités variables dans notre corps.

On peut donc constater une peau plus nette, et un regain avéré de vitalité dès les premiers jours.
La qualité du sommeil s’en trouve aussi largement améliorée.

Perte ou régulation du poids

Comme l’organisme doit fonctionner normalement mais sans recevoir d’énergie via la nourriture, il va donc rentrer dans un état métabolique dans lequel la graisse fournira la majeure partie du carburant pour le corps, autrement appelé état de cétose. Cet état se déclenche quand le taux de glucose dans le sang (source préférée de carburant pour de nombreuses cellules dans l’organisme) est réduit et les niveaux d’insulines faibles. Le corps va donc chercher une autre source d’énergie viable.
Pendant la cétose, les acides gras vont être libérés depuis les réserves de graisse du corps. Ces acides gras seront alors transformés en cétones (ou corps cétoniques) par le foie pour fournir une source d’énergie alternative pour le corps et le cerveau. 

Pour aller plus loin : Zoom sur la perte de poids

Régulation de la glycémie

Durant la période de jeûne, l’organisme ne reçoit pas de glucose, il doit donc puiser dans les réserves comme nous venons de l’expliquer dans le paragraphe précédent. De nombreuses études démontrent une amélioration de la résistance à l’insuline, une diminution de son taux de glycémie et baisse de la sensibilité à l’insuline pour les sujets suivant un jeûne intermittent. L’étude de l’International Journal of Obesity démontre ces améliorations pour les sujets suivant un jeûne intermittent plus au moins long.

Jeûne intermittent bienfaits pour notre microbiote

Nos milliards de germes intestinaux s’organisent et s’adaptent pour nous permettre de supporter l’épreuve de la restriction. Une étude montre une altération des bactéries intestinales et des voies métaboliques microbiennes activées fortement associées à des améliorations des biomarqueurs cardiovasculaires. L’étude montre qu’à court terme, le jeûne améliore certains aspects de la santé cardiométabolique et de l’homéostasie du microbiote intestinal.

Diminution des vecteurs de maladies

De nombreuses études constatent une diminution significative de la pression artérielle et une réduction de la production de cholestérol. On constate aussi une nette diminution des risques de développer des maladies cancéreuses et cardiovasculaires.

Encore l’étude de l’International journal of Obesity : on constate une baisse des triglycérides, dans le sang des sujets, qui sont les marqueurs responsables des maladies cardio vasculaires. D’autres études réalisées sur des singes confirment ces observations.

Jeûne intermittent bienfaits pour l’esprit

Beaucoup de sujets ont constaté une nette amélioration de la concentration et un esprit plus vif.
Le jeûne intermittent stimulerait le cerveau en favorisant la croissance de nouveaux neurones.

Pour aller plus loin – Lectures complémentaires sur le jeûne intermittent bienfaits et nutrition

Epigen ; En pleine santé jusqu’à 120 ans !, Dr. Isabelle Meurgey & Dr. Alain Butnaru
L’art de jeûner, Dr. Françoise Wilhelmi de Toledo 
Le Guide complet du Jeûne, Jason Fung & Jimmy Moore
The Circadian Code, Dr Satchidananda Panda
Le fasting, JB Rives

Notre selection de bouillons adaptés au jeûne :

jeûne intermittent bienfaits

Publié le

Le bouillon : un plaisir bien mijoté et 100% feel good !

OK on approche des 1 an de cette morne saison de la COVID. Pas tout simple les confinements, les couvre-feu, les “voir personne”, le train train boulot dodo. Pour se remonter le moral, y a les bouillons et quelques conseils pas si difficiles à appliquer. C’est parti !

Feel good in… your home sweet home! 

On a repéré plusieurs tendances “nesting” qui nous incitent à rester à la maison avec le sourire !

Ce qui est essentiel, c’est de se sentir bien chez soi, prendre le temps de s’écouter et de s’accorder des moments de bonheur.

Tentez donc une semaine de cocooning total !

Savourer l’instant présent 

Le confinement nous conduit à revoir notre routine et ce n’est pas seulement pour le pire. Vous avez peut-être dû abandonner certains centres d’intérêt par manque de temps. Désormais, avec le télé-travail vous pouvez remplacer la durée de votre trajet quotidien par une séance de sport ou une activité manuelle. Même à la maison, on s’aère l’esprit avec des moments rien qu’à nous et si réconfortants !  


Les tips feel good Bù : remplacer votre habituelle pause-café par une tasse de tisane. Arrêter l’infobésité (surtout en ce moment) au profit d’un bon roman. Profitez de votre temps libre pour vous concocter de bons petits plats et oubliez votre club-sandwich mangé sur le pouce au bureau !

Réconfortant rime avec gourmand ! 

Quoi de mieux pour se réconforter que la Comfort food ? On prend exemple sur Bridget Jones avec son pot de crème glacée et on s’accorde LE cheat meal. Plutôt sucré ou salé ? Junk food ou madeleine de Proust ? À vous de décider ! Burger, pizza, fromage, pancakes… Pour une fois, on oublie les calories et on se fait du bien sans frustration. Les plus gourmets pourront également profiter de passer du temps derrière les fourneaux pour concocter de véritable festins ! D’ailleurs, on vous conseille notre rôti de veau.

Plutôt d’humeur farniente ? Netflix and Chill

Et si le bonheur se trouvait devant Friends, votre série doudou ! Le concept est simple; dévorez votre contenu Netflix sans culpabilité. Quoi de mieux que de se faire une to do list feel good avec des grands classiques pour se changer les idées, ou de Binge Watcher la dernière saison de votre série préférée. 

Le tip Bù : n’oubliez pas de rester hydraté grâce à notre Pépite pendant votre marathon !

Le feel good à la danoise, Hygge

Saviez-vous que dans certains pays scandinaves, il pouvait faire nuit à partir de 15h00 ?

Afin de passer l’hiver dans les meilleures conditions, les Danois ont développé le mode de vie Hygge. Le principe, s’appuie sur la chaleur et la convivialité des espaces de vie. On s’inspire de ce rituel dont le principe est de savourer des petits moments de plaisir dans les choses simples, sans artifices. Le partage est une valeur essentielle. Alors, même en période de confinement, on n’hésite pas se rapprocher des gens qu’on aime lors d’une conversation téléphonique, par exemple ou de ses voisins si on est en bons termes.

Le tip Bù  : la bougie parfumée ou la casserole de bouillon sur le feu pour embaumer l’appartement (façon je mitonne quelque chose que tu m’en diras des nouvelles !)

… oui à la tendance Nesting 

L’art de se sentir bien chez soi, le principe se confectionner un petit nid douillet pour se relaxer. Pour cela, on réaménage son intérieur afin qu’une bulle de chaleur réconfortante nous cajole une fois passé le pas de la porte. Et puis changer l’agencement de notre intérieur, ça brise la routine !
On peut aussi multiplier les coussins douillets et les plaids biens chauds sur le canapé. Et surtout on prends du temps pour soi ! 

Le tip Bù feel good : la grosse paire de chaussettes est pour nous l’accessoire indispensable !

Rester chez soi n’est pas forcément synonyme de morosité. Il est parfaitement envisageable de trouver un sentiment d’apaisement durant cette période. Pour cela, on s’inspire de ces différents mood et on relâche la pression pour se concentrer sur l’essentiel. Pourquoi pas adopter une plante verte ? On peut lui choisir un nom sympa, ça égaille la pièce et apporte de bonnes ondes (on espère du moins).

N’oubliez pas, le bonheur est dans les choses simples!  

Les chaussettes feel good

To do List Bù feel good

  • Boire une boisson chaude (thé, café, tisane, et bouillons évidemment…)
  • Se relaxer dans bon bain moussant (avec une playlist et un masque : 200% feel good !)
  • S’habiller cosy (ce vieux top tout doux et multi-troué)
  • Allumer une bougie parfumée, de l’encens ou encore de la sauge
  • Prendre le temps de cuisiner un de vos plats favoris de notre enfance
  • S’autoriser la comfort food qui nous fait saliver depuis un moment
  • Lire, écrire, dessiner, peindre ! Ça libère l’esprit !
  • Faire de l’ordre dans ses tiroirs, trier et donner ce dont on ne se sert plus.
  • Regarder un bon film ou mettre une playlist année 70′-80′ et chanter !
  • Prendre des nouvelles des gens qui nous sont chers, prendre le temps d’écrire une lettre (ça fait toujours super plaisir)
  • Faire une activité manuelle comme du tricot ou du macramé !
  • Se faire des masques, une manucure et/ou pédicure, un gommage du corps
  • Tenter une séance de médiation ou de yoga pour lâcher prise
  • Pour certains d’entre nous, faire le ménage peut relaxer : cirer son parquet, récurer sa douche, nettoyer les joints de ses 10 mètres carrés de carrelage (carreaux de piscine pour les plus chanceux ! Hummmm ! ça va durer des heures !)… bref il y a l’embarras du choix !
Publié le

Cuisson viande : 6 modes de cuisson pour se régaler

Mémo des différents modes de cuisson des viandes

Qu’on soit un cuisinier du dimanche ou un cuisinier gourmet, on a toujours besoin de se rafraîchir la mémoire. (certaines cuissons s’adaptent aussi parfaitement aux légumes !). Cuisson viande : nos meilleures techniques de chef !

La cuisson des viandes : Le mémo de Bú Bouillons

Petit tour d’horizon : la cuisson des viandes

La plus simple et la plus utilisée : la cuisson sautée avec un corps gras (huile ou beurre).

Ce type de cuisson des viandes est parfait pour les pièces tendres comme le tournedos, les filets ou encore les escalopes.

L’astuce du chef 💡 : Pour faire plus vite, vous pouvez applatir les pièces viandes au préalable. La viande applatie permettra une cuisson minute !

La cuisson viande rôtie : au four à la broche ou dans un plat.

Elle est parfaite pour les grosses pièces de viande. En massant la viande avec un peu d’huile et en ajoutant des herbes, vous ferez des merveilles.

L’astuce de Bú 💡 : Pour plus de tendresse, vous pouvez ajouter du bouillon au cours de la cuisson. La recette du rôti de veau ici.

La cuisson viande grillée : sur une plancha ou un barbecue.

Parfaites pour l’été car plus facile à préparer en extérieur, ce type de cuisson s’adapte à la fois pour la viande et le poisson mais aussi pour les légumes. Elle permet de rendre la viande croustillante à l’extérieur tout en conservant la texture fondante de la bonne viande à l’intérieur.

La cuisson pochée :

Chez Bú, c’est une de nos cuissons préférées… Normal ! Elle consiste à plonger les aliments dans un liquide, de préférence parfumé (pour plus de saveurs) : un bouillon. On peut faire pocher en commençant à froid (parfait pour le poisson) mais aussi à chaud (cela convient mieux pour les pièces de viande tendre). Cette cuisson permet de cuire le poisson, la viande et évidemment les légumes et légumineuses.

La cuisson vapeur :

Sans ajout de matière grasse, c’est souvent la cuisson la plus plébiscitée lors d’un rééquilibrage alimentaire. Mais elle est aussi réputée parce qu’elle permet de bien conserver les vitamines des aliments que l’on cuit de cette manière. D’ailleurs, on peut tout cuire à la vapeur !

La cuisson des viandes en cocotte, à l’étouffée

C’est la cousine de la cuisson à la vapeur ! Dans le fond d’une cocotte, il suffit de mettre un peu de bouillon et d’y ajouter des herbes aromatiques si besoin. On y ajoute la pièce de viande à cuire et on couvre le temps de la cuisson ! Chez Bú on a essayé le rôti en cocotte et c’était vraiment un délice. La recette est ici pour le rôti de veau, et pour le rôti de porc.

Découvrez d’autres idées recettes sur notre compte instagram : @bubouillons.